RIA : a l’intérieur ou à l’extérieur du navigateur ?

Le Paris JUG était cette fois ci consacré à GWT et à l’implémentation de Restlet pour GWT. Deux présentations rondement menée par Didier Girard et Jerome Louvel. J’ai été impressionné par le nombre de participant, pensant que GWT était déjà dans les moeurs. Bravo à Didier de continuer à promouvoir cette technologie innovante et à Jérôme d’y apporter le concept REST.
Reste que je m’étonne de la vision que les gens ont du RIA. Pour beaucoup j’ai l’impression que RIA veut dire application web riche. […]

Le Paris JUG était cette fois ci consacré à GWT et à l’implémentation de Restlet pour GWT. Deux présentations rondement menée par Didier Girard et Jerome Louvel. J’ai été impressionné par le nombre de participant, pensant que GWT était déjà dans les moeurs. Bravo à Didier de continuer à promouvoir cette technologie innovante et à Jérôme d’y apporter le concept REST.
Reste que je m’étonne de la vision que les gens ont du RIA. Pour beaucoup j’ai l’impression que RIA veut dire application web riche. Or la notion de « riche » est simplement une reconsidération de l’expérience utilisateur et cela ne passe pas obligatoirement par le navigateur. GWT, Ajax, AppletFX, Flex ou Silverlight n’ont pas le monopole du RIA simplement parce qu’ils s’exécutent dans un navigateur.
Javascript a permis de dépasser les limites de HTML dans le navigateur et a donné une nouvelle dimension aux applications web. Le navigateur devient maintenant un runtime Javascript et utilise comme bibliothèque graphique le HTML. Comme Java avec Swing, C# avec WPF ou Silverlight, AS3 avec Flash et Flex.
iTunes est surement une des premières RIA et ce n’est pas une application web. Comme je le disais déjà il faut simplement différencier Rich Web Application et Rich Desktop Application. Une RWA s’éxecute dans le navigateur, une RDA s’éxecute dans un OS.
Il y a avantages et inconvénients dans les deux approches mais la diffusion et la maintenance qui ont longtemps été les points forts des applications web ne sont plus vrais aujourd’hui.
Comme vous ne vous étonnez plus d’avoir votre Windows automatiquement mis à jour il est aujourd’hui tout à fait possible pour une RDA d’être diffusée et maintenu via le Web. Java Web Start en est un bel exemple et Adobe AIR sait le faire aussi. Mais vous me direz que pour faire tourner du Java ou du Air il faut installer respectivement la JVM et le runtime AIR. Oui c’est vrai comme récemment vous avez installé Chrome ou il y a plus longtemps Firefox. La différence se fait avec Windows qui embarque son navigateur IE et que dès lors que vous achetez un PC en Windows vous l’avez. A un moment donné on installe un runtime et a moins d’être terriblement fainéant personne n’est obligé de se contenter de Windows/IE.
La où il faut être vigilant avec une RDA c’est de ne pas retomber dans l’ancien modèle client/serveur. La RDA doit rester une couche client et ne pas embarquer de métier qui lui doit toujours se trouver coté serveur.
Apple avait déjà expérimenté cela intelligemment avec WebObjects Java Client et continue aujourd’hui à proposer des API similaires pour Cocoa et maintenant IPhone SDK.
Au slogan « the browser is the platform » je réponds « the browser is a platform ». Les architectures de demain ne doivent pas être dépendantes de la couche client car celle-ci doit être développée dans la meilleure technologie pour répondre aux objectifs de l’application et du besoin client en privilégiant ergonomie et performance.
Notre application ResUrgences est en mode web depuis 8 ans maintenant dans un secteur (la santé) ou les applications sont souvent du client/serveur. Pourtant son extension du service d’urgences au SMUR nous oblige à reconsidérer le web car l’utilisation d’une application web sur tablette pc en mode déconnecté, bien que pas impossible, n’est pas adaptée. Notamment quant il s’agit de s’interconnecter avec du matériel de monitoring et d’électro-cardiogramme.
Alors quel choix faire entre RWA et RDA ? La première étape c’est de penser RIA, donc d’avoir un métier coté serveur respectant une architecture SOA et accessible via des services diffusant des formats diverses via des protocoles diverses. A partir de là différents critères vont rentrer en jeu : ergonomie, performance, accessibilité, environnement (OS et matériel), ouverture, sécurité, compatibilité avec un existant … Il n’y a donc pas de réponse évidente. Je cherche depuis un moment faire un tableau qui définit quelle technologie pour quels besoins et au final je pense que c’est inutile.
Ce qu’il faut considérer c’est que :

  • l’accès aux resources locales (fichiers, applications, périphériques USB, serie, Bluetooth) est un argument pour pencher vers le RDA. Bien que cela peut être pallié avec un applet et de plus en plus avec Gears (mais cela revient à mixer RDA et RIA, pourquoi pas d’ailleurs c’est ce que je fais) et que le Flash plugin permet déjà l’accès à la caméra.
  • la notion de « push », pour envoyer des données vers un client depuis le serveur est maintenant possible avec des RWA (Comet, reverse Ajax) et bientôt standardisée dans HTML 5 (WebSocket).
  • les échanges asynchrones via des MOM avec des queues coté client ne peuvent pas encore se faire en RWA. Gears devrait proposer une API et LifeCycle Data Service ne le propose pas reellement car la queue reste coté serveur.
  • l’uniformisation des applicatifs avec une même plate-forme de déploiement indépendante de l’OS est sûrement l’argument le plus percutant pour le SI pour choisir une RWA